Mes chroniques

Pour découvrir mes chroniques ( rangées par ordre chronologique inversé 😉 ça veut dire de la plus récente à la plus ancienne !) cliquer sur le bouton correspondant :

Couverture de Les maîtres de la lumière par Claire Garand
La Confrérie du Serpent : Coffret des 2 tomes par [Lavigne, Annie]
Les Maitres de l'orage - Tome 1: La marque de l'orage par [David-Martin, Véronique]
Couverture de Le Grand Théâtre sur Broadway et les talents maudits par MariStef Rouchy
Africamorphose (Elixir of Frontiers) par [Milo-Vacéri, Gilles]
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est cover-231.jpg

Shutdown

d’Aurélien Grall

Présentation de l’éditeur :

Imaginez un monde sans électricité, sans smartphones, sans ordinateurs, sans télévision, sans réseaux sociaux. Imaginez un monde où les gens sont condamnés à se regarder, se parler et s’entraider. Ce monde, c’est celui du grand shutdown. La pire catastrophe n’ayant jamais frappé l’Humanité !

Alors que la civilisation humaine est en train de s’effondrer, le gouvernement fait appel aux services de Michael Donovan, astrophysicien et héros de guerre devenu alcoolique après la disparition tragique de sa femme. Au départ réticent, il finit par accepter. Contraint de faire équipe avec la froide Charlotte Von Braun, grand nombre de ses convictions vont se voir bouleversées…

Mais pour sauver le monde, il lui faudra d’abord se sauver lui-même. Où puisera-t-il le courage ? Et d’ailleurs, n’est-il pas déjà trop tard ?

Aurélien Grall est au sommet de son art dans cette course poursuite écologiste haletante. Réchauffement climatique, terrorisme, guerre bactériologique et danger nucléaire, Shutdown résonne dramatiquement avec l’actualité. Véritable cri de révolte dénonçant les travers de l’Homme et de son système, ce thriller vous hantera longtemps après l’avoir refermé.

Mon avis :

Dans un style fluide et agréable, un intense moment de réflexion nous est proposé.

Tandis que nous suivons Michaël Donovan, ancien héros et grand scientifique, parti à la dérive dans les vapeurs de l’alcool après la disparition mystérieuse de sa femme, Helen, mais aussi ses enfants, adolescents étonnamment mâtures, Jack et Stacy, on découvre un monde ravagé par la disparition brutale de toute trace d’électricité. Mais ne l’était-il pas déjà bien avant, et par notre faute à nous, Humains avides et peu respectueux de notre planète ?

Que penser de ces militaires, venus chercher Michaël ? Et parmi eux, le docteur Charlotte Von Braun, si froide, si insensible… ou pas.

Et ces bikers, sont-ils les méchants de l’histoire, comme leur allure le laisse croire ?

Et Matthew, qui se joint à eux, pour tenter désespérément de retrouver sa fiancée Shirley, pour la sauver, alors qu’un virus impitoyable décime la population…

Parviendront-ils, tous ensemble, à s’en sortir ?

L’histoire se lit rapidement, trop à mon goût, car j’aurais aimé davantage de développement, mais la réflexion à laquelle elle nous convie durera bien longtemps…

Ma note : 16/20

Matriochkas

de Christelle Da Cruz

Présentation de l’éditeur :

Depuis près de soixante ans, le pouvoir appartient aux femmes. Une mystérieuse épidémie a lourdement décimé la population masculine et l’isolement des survivants a conduit à une réorganisation totale de la société. Au cœur de la capitale, Gabrielle, chauffeuse de taxi, mène une vie sans histoire entre son boulot et ses amis. Un soir, au détour d’une course réalisée pour une riche cliente, elle va se retrouver plongée dans une intrigue inquiétante. Qui est cet homme, évadé d’un pôle d’enfermement, qui ne cesse de la traquer ? Comment a-t-il pu atteindre la capitale sans être interpellé ? Autant de questions dont les réponses pourraient bouleverser l’ordre établi.

Mon avis :

Une idée absolument géniale et merveilleusement traitée ! On ne s’ennuie pas un instant. Dans un futur proche, les femmes ont pris le pouvoir, après qu’un virus particulièrement virulent ait exterminé une grande partie de la population masculine. Les survivants ont été parqués dans des camps, appelés pôles. Le Mouvement, un parti politique exclusivement féminin, dirigé par Rebecca Gale, a pris le pouvoir et contrôle tout, jusqu’à la reproduction. A l’âge de douze ans, les jeunes garçons sont retirés à leurs mères pour rejoindre les pôles. Ce qu’il s’y passe est un mystère, mais la séparation, définitive, est un déchirement.

Les descriptions détaillées donnent un aperçu très complet d’un futur plutôt crédible. Les personnages sont particulièrement bien soignés. On apprend peu à peu leur histoire, par de fréquents flash-backs qui tombent tout à fait à point. La logique est donc bien présente tout au long de l’histoire, centrée autour de Gabrielle, jeune chauffeuse de taxi qui végète, pas vraiment malheureuse mais pas heureuse non plus.

Suite à une course un peu spéciale, elle se retrouve nez à nez avec un homme. Cette rencontre va totalement bouleverser sa vie, puis ses convictions. Elle découvre la vérité cachée par le Mouvement, si horrible qu’elle peine à y croire. Gabrielle va être obligée de faire un choix… décisif.

Ma note : 20/20

Les citadelles

d’Isabelle MOROT-SIR

Présentation de l’éditeur :

Et si notre place n’était pas celle que l’on croit ? Et si notre monde en cachait un autre ? Et si notre destin était écrit ?
Retrouvez le destin de deux héroïnes, attachantes et atypiques, au travers de cette duologie de fantasy.

Cette intégrale comprend deux ouvrages :

« La citadelle des dragons » :
Comment peut-on passer d’une vie fade de secrétaire dans un cabinet notarial parisien, à celle de gardienne d’un pouvoir mythique ? De surcroît dans une citadelle en guerre, parcourue par des dragons et leurs non moins terrifiants dragonniers… C’est bien ce que risque de découvrir Mona à son cœur défendant, elle qui meurtrie par la vie ne souhaite plus dans son existence que l’amitié de sa plante carnivore…

« La citadelle dans la montagne » :
Vingt ans se sont écoulés depuis la guerre. Les rangs des Dragonniers de Terra Draco se sont reconstitués. Comme jadis des centaines de dragons parcourent à nouveau le ciel afin d’assurer la Paix dans le Royaume. Nor’ est l’un d’eux, ou plutôt l’une d’entre eux. Une fille dans un monde de guerriers ? Comment peut-elle revendiquer sa place dans une société où le machisme est maître ? Vers où le destin les guidera-t-il, elle et son dragon ? Quel chemin pourra-t-elle prendre ? Soumission ou rébellion ?

Mon avis :

Le livre est en réalité composé de deux histoires, la première est celle de Mona, le seconde celle de sa fille, Nor’, et se déroule vingt ans plus tard.

Mona vit dans notre monde, où elle s’ennuie passablement. Son destin bascule brusquement lorsqu’un artefact la désigne comme étant celle qui doit sauver un autre monde, dans lequel elle est alors précipitée. Malheureusement, elle ne correspond pas vraiment au profil attendu du sauveur… Réussir à s’imposer comme tel, alors que ce n’est pas vraiment dans son caractère, est un véritable challenge… mais elle a de quoi – ou qui – la motiver…

Nor’ est la fille de Mona et… je ne veux pas spoiler ! mais elle peine à trouver sa place en tant qu’individu et non pas seulement fille de… Heureusement, de part son hérédité, elle bénéficie d’un caractère bien trempé et de beaucoup d’audace et de courage…

J’ai adoré les deux histoires ! Les descriptions de ce monde, des personnages et des dragons sont un véritable régal. Les relations entre eux sont bien travaillées, ciselées même, telles des bijoux. L’évolution des personnages est pertinente, rien de « parachuté ». Quant aux paysages, on s’y croirait ! Bref, à dévorer de toute urgence !

Ma note : 20/20

Léa Legan

de Célia Berton

Présentation de l’éditeur :

Une catastrophe colossale survient. Que ferons-nous ? Comment réagirons-nous ? Le challenge sera de savoir qui est Léa Legan à partir de ses mots. Et elle a beaucoup à dire.

Mon avis :

Un jour, l’argent disparaît. Face à la catastrophe, il faut s’organiser, et la nature véritable de chacun se révèle.

Léa est une jeune fille réfléchie et observatrice. Mais qui est-elle vraiment ? Ses réflexions sur le monde et ses congénères sont profondes.

Cette courte nouvelle est très intéressante, écrite dans un style agréable et fluide, elle se lit d’une traite. J’ai bien aimé, même si je ne suis pas une adepte du format court.

Ma note : 16/20

Chroniques céleste : épisode 1 La citadelle interdite

de Léona Everhard

Présentation de l’éditeur :

L’archipel de Valesphyr est une machine à broyer les rêves. Depuis des temps immémoriaux, celui-ci est divisé en deux castes. Sous le joug des Privilégiés, les Rebuts savent que toute forme de rébellion est vaine.

Sylwen, un jeune homme qui vit grâce à une prothèse robotisée, rêve de quitter la terre ferme pour parcourir les airs. Il pensait pouvoir devenir Navigateur en entrant dans la Marine Céleste, mais il échoue, rattrapé par son statut de Mâchefer.

Alors quand son ami Trévor suspecte le gouvernement de verser un pot-de-vin contre l’annulation du programme archéologique visant à rénover la Babylone Céleste, ils décident d’aller y jeter un œil.

Pourquoi le métal inspire-t-il la peur du gouvernement ? Quel danger renferme la Citadelle ?

Une escapade à la découverte de leurs origines qui va bouleverser leurs vies et faire vaciller les fondements de leur société.

Mon avis :

C’est une très belle histoire que celle de Sylwen, Trévor et Enolie, trois amis unis par l’envie d’autre chose, de vivre une vie à part entière, dans une société partagée en deux castes : les privilégiés et les rebuts. Eux appartiennent à cette dernière et n’ont que peu d’espoir de voir un jour leurs rêves se réaliser. Sylwen parce que son handicap lui interdit d’accéder à la carrière qu’il ambitionne malgré ses compétences, Trévor parce qu’il ne comprend pas tout et Enolie parce qu’elle ne peut pas revenir en arrière. Alors ils vont tenter le tout pour le tout. Trévor veut croire en son rêve et, par amitié, Sylwen va le suivre, entraînant sans le savoir Enolie qui voulait les en dissuader. C’est une merveilleuse ode contre la résignation, un superbe plaidoyer pour la défense des handicapés et de leur droit à choisir leur vie, une belle histoire d’amitié, une aventure captivante. Un seul regret : que ce soit aussi court !

Ma note : 18/20

Orglin la Primitive

de Jean-Marc Dopffer

Présentation de l’éditeur :

De tout temps, les royaumes s’érigent puis s’écroulent sous l’œil des Dieux et de la Mère, créatrice de toutes choses sur Barcil. Tissées afin de garantir l’harmonie du monde, les ficelles du destin de chaque mortel glissent dans ses mains. Ainsi l’Équilibre est perpétué, cohésion précaire entre les morts et les vivants, entre les puissances du monde et du cosmos.

Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle… et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste.

Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents.

Alors les rouages du monde entrent en action ; la guerre fratricide ébranlant les couronnes royales déversera ses atrocités dans ce havre oublié. Les Danseuses du Ciel sont envoyées sur Barcil avec pour mission d’accomplir ses desseins.
Parviendront-elles à édifier Orglin comme l’une des leurs ?
Orglin se montrera-t-elle digne du destin que Yencil lui a réservé ?

« Le Cycle de Barcil » est un voyage dont les multiples escales parcourent les époques et les paysages du monde de Barcil.
Chaque récit aborde la vie d’un roi ou d’un rufian, d’un assassin ou d’un Dieu. Les aventures se croisent et s’entremêlent, peignant une toile et un univers aux multiples nuances.

Mon avis :

L’histoire est originale, le style très agréable et les personnages intéressants. Tout est réuni pour une magnifique aventure. Malheureusement, c’est une nouvelle et le format court ne permet pas de découvrir l’univers dans son ensemble, ni la complexité des enjeux. Il ne permet aux personnages d’évoluer, ni au lecteur de s’immerger totalement dans ce monde. J’aurais vraiment aimé ce récit s’il avait été plus long, mais ceci n’engage évidemment que moi. A réserver aux amateurs de nouvelles donc, qui se régaleront j’en suis sûre.

Ma note : 15/20

Les aventures du chevalier Le Lilas

de Amandine CLEMENTE

Présentation de l’éditeur :

Voir Venise et mourir…1646. Venise. La place San Marco est déserte. Le soleil n’est pas encore levé, une légère bruine recouvre le sol, le vent souffle timidement. La journée s’annonce grisâtre et sans couleur. Au loin, si vous plissez les yeux et que vous regardez bien, vous pourrez apercevoir une silhouette dans la rue Larga. Celle d’un homme assez grand et élancé, vêtu d’une cape pourpre, d’un chapeau noir orné d’un panache rouge, de bottes en cuir et d’une ceinture dorée. En l’observant encore mieux, vous remarquerez que cet homme est masqué. Son visage est à moitié caché par un loup, un demi-masque qui recouvre ses yeux, en satin incarnat. Il arbore également une épée à sa taille, une belle lame, fine et longue, dont la garde est d’or et le pommeau aussi rouge que le panache de son chapeau. Cet homme, il se nomme Le Lilas. Enfin, les habitants de Venise le connaissent surtout sous le titre de chevalier Le Lilas. Il est craint, admiré, désiré, il inspire curiosité et fascination, il fait partie de ces hommes qui font régner l’ordre et la loi à Venise, il est ce qu’on appelle : un libertin du cercle incarnat, le cercle des justiciers de la belle mais parfois trop cruelle Venise.Venise, ville de mystères…Au XVIIème siècle s’est établi au cœur de Venise un cercle de justiciers chargés de défendre la ville et de résoudre les énigmes qui l’entourent. Le plus célèbre de ces chevaliers est connu sous le nom du Lilas. Embarquez dans une aventure dont vous ne ressortirez pas indemne.Premier tome de la saga littéraire dédiée aux aventures du Lilas

Mon avis :

Une très belle histoire, celle d’une enquête ou le passé se mêle à la magie. Les descriptions sont superbes, on se croirait revenu à Venise, que j’ai eu le bonheur de visiter il y a quelques années. Le style est fluide, très agréable, et la lecture se fait rapidement. Les personnages sont fascinants, ils évoluent et quelques flashbacks permettent de mieux les comprendre et d’appréhender leur évolution de façon plus logique. La tension monte, jusqu’au dénouement, magnifique. J’attends la suite avec impatience !

Ma note : 19/20

C’est arrivé en avril

de Philippe Meisburger

Présentation de l’éditeur :

Si on vous disait que demain, votre ville serait rayée de la carte ?
Si vous deviez fuir à la campagne, chez un ami dont la maison cache un secret qui va changer votre vie ?

Pour Vincent, c’est arrivé en avril. Le jour de sa rencontre avec Karine.

Qui est-elle ?
Pourquoi tient-elle à se rendre à Sedona, Arizona ?

Car s’il existe de meilleures dates que la fin du monde pour tomber amoureux, se pourrait-il que leur amour soit notre ultime espoir ?

Une aventure haletante, un road trip à travers les États-Unis, une chasse à l’homme impitoyable, une machination implacable doublée d’une histoire d’amour entre deux êtres réunis par le destin… ou autre chose…

Mon avis :

Juste génial ! Ce matin du 11 avril, un peu partout, des villes disparaissent de la carte, soufflées par des explosions, créant une véritable psychose. Vincent, jeune étudiant en ophtalmologie, va ainsi suivre son ami Dylan, pour se réfugier tous les deux dans la famille de celui-ci, à la campagne. En sécurité. Il fait ainsi la connaissance de Karine, jeune aveugle. C’est le coup de foudre.

Etouffés par le climat familial, ils s’isolent un instant. Une étrange lumière, et ils se réveillent seuls au monde. Ou pas. Commence alors pour le tout jeune couple une formidable équipée car Karine n’a qu’une obsession : se rendre à Sedona, persuadée d’y retrouver la vue. Comment ? Pourquoi ? Impossible de l’expliquer, mais elle sait se montrer convaincante, d’autant plus que d’étranges phénomènes se produisent tout autour d’eux.

Ils vont rapidement croiser d’autres personnages, mais il leur est très difficile de démêler le vrai du faux, dans cette aventure trépidante, entre soutien et manipulation. Qui sont ces gens à leur poursuite ? Pourquoi en ont-ils après Karine ? Peut-elle seulement avoir confiance en Vincent ? Où se situe la vérité ? A Sedona ? Ils ne s’attendent certes pas à ce qu’ils y trouveront. Nous non plus d’ailleurs…

Ma note : 20/20

L’éclat et l’ombre :

tome 2 L’île Morte

de Audrey MARIN-PACHE

Présentation de l’éditeur :

Suite à la trahison de certains membres de sa guilde, Eryn se retrouve isolée. Elle doit désormais faire route vers Areness, espérant retrouver ses compagnons. La jeune soignante devra faire face à des dangers imprévus: des menaces contre le reste de la guilde du double éclat, mais aussi des conflits à l’intérieur de celle-ci…

Mon avis :

Un second tome largement à la hauteur du premier ! Je l’ai d’ailleurs dévoré en deux jours…

On y suit Eryn et ses compagnons dans la suite de leurs aventures. On tremble, on pleure, on se passionne et on s’emporte, tandis que les alliances se nouent et se dénouent.

Jusqu’au dernier chapitre qui, sans vouloir spolier la fin, est parfaitement amené. On reste donc sur un suspense intense et la suite (et fin) de cette superbe histoire est donc attendue avec une impatience difficilement maîtrisée.

Ma note : 19/20

Les fragments perdus

de Brice Milan

Présentation de l’éditeur :

L’armée du Prince Noir assiège la capitale des Terres d’Eschizath au cœur de l’hiver. Le sort de la cité repose entre les mains de trois messagers que rien ne prédestinait à une telle mission. Oui, mais la soif de conquête du tyran Morgaste est-elle sa vraie motivation ? Pour le découvrir, l’inexpérimenté Alceste, la belle et farouche Oriana et le fidèle garde de l’Ordre, Horst, vont devoir franchir le lac Gelé, traverser la forêt d’Eslhongir, gravir les monts Dunhevar. En chemin, ils s’allieront à Ulva, la Meneuse de loups…

Le début d’une saga menée au pas de course, où la fureur l’emporte sur la raison, où la passion fait table rase des illusions.

Mon avis :

L’idée est originale, l’histoire est prenante et les personnages sont recherchés, ils ont un passé qui les influence dans leurs choix et leurs actions. Le style est agréable et fluide. Tout est donc réuni pour un excellent roman.

On découvre Alceste, personnage principal autour duquel gravitent de nombreuses personnalités. On sait peu de choses sur lui, mais on en apprend – et on en devine – au fur et à mesure de l’intrigue.

Les personnages sont attachants et évoluent tout au long de l’histoire. Malheureusement, un peu trop vite à mon goût. Ainsi, le conflit entre Oriana et Alceste, très bien amené dès le début, disparaît rapidement et de façon totalement inexpliquée.

C’est d’ailleurs ce qui m’a agacée tout au long de ma lecture, malgré l’envie de poursuivre : la succession des scènes, sans réelle transition entre elles. A mon sens, cette histoire très riche aurait mérité davantage de développement, notamment dans la description des scènes d’action. Elle n’en reste pas moins une lecture très agréable.

Ma note : 14/20

Ahogur

de Sonia J. FADDA

Présentation de l’éditeur:

Ahogur est le premier volet d’une histoire se déroulant à une époque similaire à nos temps médiévaux. Dans un monde sans nom, au cœur des contrées humaines, Ulysse élève seul une poignée d’enfants trouvés. Le bûcheron leur enseigne tout ce qu’il sait et à eux six, ils forment une curieuse famille. Leur vie aurait pu suivre paisiblement son cours si d’inhabituels événements ne s’étaient produits à deux pas de chez eux. Des événements qui ramenaient Ulysse vingt ans plus tôt, vers un passé tumultueux. Pressentant une menace dont elle ne sait rien, Solène sa fille, sera celle par qui la vérité fera son chemin. Ce faisant, elle apprendra que la violence et la mort se joignent parfois à l’amour et l’amitié par des détours inespérés. Et sous l’égide de l’alchimiste, elle découvrira l’existence de tout un monde caché au regard des humains. Où les créatures féeriques et les potions miraculeuses deviennent la normalité. Pour Solène, le voyage ne fait que commencer.

Mon avis :

Ce premier tome permet de découvrir les personnages et leurs vies, lesquelles vont être bousculées. La fantasy n’est pas encore présente, ce qui m’a un peu frustrée, mais elle s’annonce déjà. Le style est agréable, l’histoire prenante et les personnages attachants. J’ai hâte de découvrir la suite, car la fin m’a laissée sur ma faim !

Ma note : 17/20

L’éclat et l’ombre (tome 1 : les dérobés de Berenia)

de Audrey MARIN-PACHE

Présentation de l’éditeur :

Chaque individu reçoit à la naissance l’éclat, une capacité unique qui diffère pour chacun : Eryn, jeune fille des régions du Nord, a été gratifiée d’un éclat de soin, un des plus puissants que l’on puisse souhaiter.
Mais en cette époque troublée, ce talent tient plutôt de la malédiction : depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau roi, les jeunes soignants de tout le pays ont tendance à disparaître mystérieusement…

Mon avis :

Dans ce premier tome, on découvre un monde où chacun naît avec un don, appelé éclat, qui se révèle à l’âge de dix ans. L’héroïne, Eryn, a ainsi reçu l’éclat de soin et c’est la raison pour laquelle, alors qu’elle n’a même pas encore terminé ses études, elle est enlevée.

Embarquée sur un bateau avec d’autres futurs soignants comme elle, elle va se découvrir une particularité à laquelle elle ne s’attendait pas et rencontrer d’autres personnes,toutes aussi spéciales qu’elle.

La plume de l’auteure est très fluide, très agréable à lire.

Eryn est très jeune encore, mais dans ce tome, elle évolue déjà, et j’attends la suite des ses aventures avec impatience.

Ma note : 18/20

Le talisman de Paeyragone (tome 1 : les sans-plumes)

de Katja LASAN

Présentation de l’éditeur :

Au décès de sa grand-mère, Elisa Duval se voit confier la garde d’un talisman, sauveur de son monde et de celui des Syams. La vie de la jeune femme, loin d’être jusque-là une aventure épique, prend un tournant inattendu.
Elle, si maladroite et solitaire, s’allie à Kylian, un Syam Guerrier, balafré, arrogant et dangereux. Ensemble, ils doivent protéger le Talisman et sauver la famille d’Elisa, prise en otage par Locle, le terrifiant Seigneur des Ténèbres, avide d’anéantir les Syams et d’asservir l’humanité.
Dans un périple semé d’embûches et de créatures sans pitié, à travers la forêt et la brume, Elisa et Kylian se lancent alors dans une course effrénée contre la montre.

Mon avis :

Je l’ai dévoré, et je me suis empressée d’acheter le tome 2 ! Les personnages sont complexes et attachants, l’écriture est fluide et l’histoire ne comporte aucun temps mort. Il y a beaucoup d’action, mais de réflexion aussi, y compris sur notre monde et nos actes. Elisa évolue beaucoup au fur et à mesure qu’elle découvre ( et nous aussi, par la même occasion) le monde réel, on a vraiment envie qu’elle réussisse. Son protecteur, Kylian est assez horripilant, mais finalement, il cache bien son jeu lui aussi… Je dévore la suite avec impatience !

Ma note : 18/20

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :